Michel LALLEMENT

Le travail de l’utopie

Lu par Maryse

En voici la présentation

Des logements propres et confortables, des écoles à la pointe de la modernité pédagogique, des loisirs variés, des magasins de proximité, un système de protection sociale contre les accidents de la vie. C’est déjà à partir de 1859, au Familistère de Guise dans l’Aisne, que Jean-Baptiste André Godin bâtit un Palais social, juste aux côtés de son usine d’appareils de chauffage. Rare expérimentation d’inspiration fouriériste qui a su résister au temps, le Familistère est une réponse unique et originale à la question sociale qui tenaille alors une société en voie d’industrialisation. Dans la ruche « familistérienne », la reine porte un nom : solidarité.
Autodidacte frotté de spiritisme, homme politique, journaliste, auteur de multiples ouvrages à visée réformiste, Godin (1817-1888) multiplie les rôles tout au long de sa vie. Mais il est avant tout un manufacturier hors normes, doué d’un sens aigu de l’innovation : ses poêles en fonte sont toujours célèbres aujourd’hui. Godin est aussi un socialiste pacifiste qui s’oppose aux principes du libéralisme. Avec des succès inégaux, il expérimente la démocratie industrielle et promeut l’économie sociale ; féministe, il agit en faveur de l’éducation mixte, du travail des femmes et de la parité dans la gestion des affaires du Familistère.
Michel Lallement, grâce à l’exploitation approfondie des archives du Familistère, restitue la vie de Godin et les principes qui guidèrent son action. Sans jamais séparer l’homme du contexte dans lequel celui-ci pense et agit, cette biographie est aussi celle des principales inventions auxquelles Godin donne vie. En cela, elle éclaire de profil l’histoire du socialisme et des alternatives au libéralisme économique : toutes menées au nom du caractère vital et sacré du travail, les initiatives et propositions de Godin ont connu des fortunes différentes, puisque paradoxalement, ce n’est pas entre les murs de l’usine mais bien plutôt au cœur du Palais social que le travail de l’utopie a porté ses principaux fruits.

 

Ecouter le résumé du livre 

Télécharger le livre

En étant donneur de voix bénévole, je donne tout son sens au mot solidarité. Non seulement je suis très heureux, et, j’apporte à mon ego, un sentiment d’amour propre démesuré. En quelque sorte, j’apporte un peu de lumière à ceux qui en manque. Je bâtie un pont, un dialogue avec l’autre. Quel Bonheur de se sentir vraiment Utile.

Paul

Avec  joie et plaisir, je prête ma voix pour lire des nouvelles et de beaux livres au sein de l’association Trans-Doc, dirigé par Monsieur Hubert Ossart qui rayonne dans cet endroit où règne une ambiance chaleureuse.

Nathalie

Ma maman était atteinte de sa « DMLA » de sa dernière année, il y a encore peu de temps elle voyait plus. Après m’être renseignée sur internet et trouvé l’association Trans doc, prit rendez-vous, reçue par le Président « Hubert Ossart », personne de très grandes qualités.

De ce jour, par petites intentions de lire, d’enregistrer et prêter ma voix, j’éprouve un sentiment d’Humanité envers ces personnes qui voient un univers différent.

Merci « Hubert » pour tout le travail fournit pour permettre à l’équipe bénévoles de transmettre par la lecture auditive des moments de Bonheur.

Réjane
commodo sed ut vel, ut consequat. leo elit. in Aliquam luctus Aller au contenu principal